Qu'est-ce que l'amélioration humaine ?

Amélioration humaine

Définir l’amélioration humaine (« human enhancement ») relève du défi. Il n’existe d’ailleurs aucun consensus à l’heure actuelle sur une telle définition. On peut toutefois distinguer quatre approches fréquemment utilisées pour définir l’amélioration humaine (Menuz et al., 2011):

i) l’approche « implicite » considère le résultat d’une intervention technologique sur les être humains comme une amélioration humaine (ou non), sans pour autant fournir explicitement les raisons qui permettent une telle qualification (voir par exemple ter Meulen, 2010 et Sadler, 2010);

ii) l’approche fondée sur la distinction entre « traitement » et « amélioration humaine » définit l’amélioration humaine a contrario comme étant le résultat des interventions qui ne peuvent être qualifiées de traitements et qui ne visent donc pas à guérir ou améliorer notre santé (voir par exemple Allhoff et al., 2009 et Missa and Perbal, 2009);

iii) l’approche fondée sur le concept d’amélioration des capacités humaines générales définit l’amélioration humaine comme le résultat des interventions technologiques qui visent à améliorer le corps, l’esprit ou toute habilité humaine au-delà de ce qui constitue le « fonctionnement normal typique de l’espèce humaine » (voir par exemple Coenen et al., 2009 et Chadwick, 2009);

iv) l’approche fondée sur l’accroissement du bien-être de l’individu repose sur l’idée que tout changement dans la biologie ou la psychologie d’une personne qui augmente ses chances de vivre une « bonne vie » doit être considéré comme une amélioration humaine (voir par exemple Savulescu, 2006 et de Melo-Martin, 2010).

Nous avons récemment démontré que ces approches se heurtaient à des limites (Menuz et al., 2011). En effet, elles reposent sur des concepts tels que la normalité, la santé, le fonctionnement normal typique de l’espèce humaine ou encore la notion de capacités humaines "standards", qui sont des concepts volatiles et controversés. En outre, ces approches tendent à ignorer la complexité et la variabilité des contextes dans lesquels l’utilisation des technologies émergentes et l’amélioration humaine peuvent intervenir. Nous suggérons que pour être en mesure d’appréhender une telle complexité dans toutes ses dimensions, une définition de l’amélioration humaine doit nécessairement se concentrer sur des perceptions individuelles et subjectives, ainsi que sur les facteurs qui peuvent influencer ces perceptions. En d’autres termes, nous proposons une approche qui met l’accent sur le résultat d’une intervention donnée tel qu’il est perçu par l’individu sur lequel cette intervention a été effectuée, d’une part, et, d’autre part, sur les nombreux facteurs qui peuvent amener un individu à considérer, par et pour soi-même, si le résultat de cette intervention constitue une amélioration humaine ou non (par exemple, des normes, des règles, ou des valeurs politiques et sociales, des facteurs environnementaux, des facteurs de coercition passive, des buts inconscients ou des caractéristiques statistiques prédéfinies, considérés dans une société spécifique à un moment précis). Pour obtenir davantage d’informations sur cette approche, consultez (Menuz et al., 2011).

Vincent Menuz, Groupe de recherche Omics-Ethics, 2011.

Consultez nos projets de recherche en éthique & amélioration humaine, nos publications et notre sélection de références et documents utiles dans ce domaine.
 

Références

Allhoff, F., Lin, P., Moor, J., and Weckert, J. (2009) Ethics of Human Enhancement: 25 Questions & Answers. Studies in Ethics, Law, and Technology 4: 4.

Chadwick, R. (2009) Therapy, enhancement and improvement in B.Gordijn and R.Chadwick (eds) Medical Enhancement and Posthumanity (Springer, 2008): pp. 25-37 . ISBN 1402088515.

Coenen, C., Schuijff, M., Smits, M., Klaassen, P., Hennen, L., Rader, M., and Wolbring, G. (2009) Human Enhancement: study. S.a.T.O. Assessment, ed. (Brussel, European Parliament).

de Melo-Martin, I. (2010) Defending human enhancement technologies: unveiling normativity. Journal of medical ethics 36: 483-487.

Menuz, V., Hurlimann, T., and Godard, B. (2011). Is Human Enhancement also a Personal Matter? Science and engineering ethics. Epub ahead of print.

Missa, J.N., and Perbal, L., eds. (2009) Enhancement: éthique et philosophie de la médecine d'amélioration (Paris, Vrin).

Sadler, J.Z. (2010) Dignity, arete, and hubris in the transhumanist debate. Am J Bioeth 10: 67-68.

Savulescu, J. (2006) Justice, fairness, and enhancement. Annals of the New York Academy of Sciences 1093: 321-38.

ter Meulen, R. (2010) Dignity, posthumanism, and the community of values. Am J Bioeth 10: 69-70.